COGNAC – dimanche 2 juin 2019 – 15h00

Union Cognac Saint Jean d’Angely bat Anglet  24-20 (12-13).

Arbitre : M. Delpy – (ile de France).

 

COGNAC ST JEAN ANGELY : 2E Pageneau (18e), Lotawa (36e) ; 1T (36e) et 4P Péluchon (52e, 58e, 62e, 78e) Carton jaune : Lavetanakoroi (19e)
ANGLET : 2E Chabat (14e), Leconte (54e) ; 2T Fauqué (14e, 54e) et 2P Fauqué (9e, 19e). 

Carton jaune : Fauqué (27e)

Carton rouge : Tafernaberry (75e). 

COGNAC ST JEAN ANGELY : 15. Crémoux; 14. Pageneau, 13. Lotawa, 12. Ramoka, 11. Gmir (22. Boitard 78e); 10. Peluchon (cap), 9. Entraygues (21. Cecot 62e); 7. Gauthier, 8. Visensang, 6. Decubert (20. Lemaitre 78e); 5. Lavetanakoroi, 4. Letellier (19. Praud 49e); 3. Hygonnet (23. Sentenac 49e, 18. Puleoto 70e), 2. Ardiaca (16. Campergue 49e), 1. Vatubua (17. Aho 49e)

ANGLET : 15. Chouzenoux; 14. Poki, 13. Couet Lannes, 12. Chabat (22. Logé 57e), 11. Antunes Pinto; 10. Fauqué, 9. Etchepare ; 7. Heguiaphal (20. Brethes 60e), 8 Tafernaberry (cap), 6. Leconte ( 21. Pulon 68e) ; 5. Pinet (18. Pinon 38e), 4. Dartigues (19. Gilibert 59e); 3. Argagnon (1. Bruno 55e), 2. Berho (16. Perez 55e), 1. Bruno (17. Schuster 40e) 

 

 

La tâche était ardue pour les Angloys battus 17 à 12 au match aller à Saint Jean. Ils devaient en plus se passer de leur capitaine Anthony Biscay et Bastien Fischer blessés ainsi que du guerrier Maxime Cazaux, suspendu.

La chaleur accablante pouvait cependant avantager les Angloys aux gabarits plus modestes.

Les Unionistes, sûr de leur forces, convertissaient la première pénalité en pénaltouche. Mais comme la semaine dernière à Saint Jean, ce fut sans succès…

Les Angloys, de leur côté, tentaient de mettre le feu au terrain et étaient récompensés à la neuvième minute par une pénalité de Sébastien Fauqué. Quelques instants plus tard, après un mouvement d’école, Romain Chabat s’affalait entre les perches ; une pure merveille : touche volleyée aux 50 m, Sebastien Fauqué remet intérieur à Sebastien Antunes Pinto qui va cadrer l’arrière avant de lâcher Romain Chabat.

Les favoris Charentais étaient médusés et menés 0 à 10 au quart d’heure de jeu. De leur côté, les bleus étaient bien en place, rivalisaient physiquement et tentaient tous les coups.

Pourtant, les rouges marquaient un essai quelques minutes après, leur permettant de revenir dans les points (5 à 10).

Dans la foulée, Sebastien Fauqué convertissait une pénalité et les bleus étaient, à nouveau, qualifiés (5 à 13).

Anglet pouvait enfoncer le clou quelques instants plus tard : sur une pénalité, Sébastien Fauqué tapait un magnifique coup de pied dans l’en but et Kade Poki, après un bel effort, se jetait sur le ballon en même temps que le défenseur Charentais. Monsieur Delpy , bien que loin de l’action, jugeait que Pageneau avait aplati en premier. Ce n’était pas l’avis de Kade Poki ni de pas mal de personnes autour de la main courante !!!

Qu’à cela ne tienne, Anglet continuait sa domination. Sébastien Fauqué, pour un plaquage haut, devait quitter ses copains à la demi-heure de jeu. Sans son métronome, Anglet ratait coup sur coup une pénalité et une pénaltouche aux lourdes conséquences : sur la relance charentaise, l’excellent Lotawa finissait entre les poteaux.

La mi-temps était sifflée sur le score de 13 à 12 en faveur des bleus. Score très flatteur pour les Unionistes.

En début de seconde période, la puissance des Charentais faisait la différence et Peluchon donnait enfin l’avantage aux siens (15 à 13) à la 54ème minute.

Sur le renvoi, les rouges jouaient dans leur 50 mètres. Ce diable d’Ibai Leconte, surgit de nulle part interceptait le ballon et après une course de 50 mètres finissait entre les poteaux (15 à 20).

Sans grandes inspirations mais misant sur leur puissance, les Charentais poussaient les vaillants Angloys à la faute et Peluchon, avec deux pénalités, remettait les siens devant à l’heure de jeu (21 à 20).

Cà se compliquait pour Anglet : après avoir perdu Simon Pinet puis Ibai Leconte, lequem, faute de combattants, était remplacé, en troisième ligne, par Thomas Chouzenoux…. Une histoire de famille !!!

Pourtant, les grands favoris ont tremblé jusqu’au bout : une superbe percée de Paul Couet Lannes  se terminait à dix mètres de l’en but. La dernière pénalité de Péluchon n’était qu’anecdotique, les Bleus s’inclinaient avec les honneurs.

Quel engagement ! Quel état d’esprit ! Cette saison s’achève sur un très beau match qui laissera cependant quelques regrets. Les Bleus n’étaient pas loin de l’exploit et méritaient, tout autant que les Charentais, une place en demie finale. Les fidèles supporters, qui avaient fait le long déplacement, avaient tout de même le sourire en échangeant les premières bières avec les joueurs.

Bravo à tous pour cette belle saison et merci à Daniel et Yannick pour leur excellent travail.