LA TESTE – dimanche 3 novembre – 15h00

Anglet bat RC Bassin Arcachon 27 – 25 (10 -18).

Arbitre : M. Albuisson (nouvelle Aquitaine).

ANGLET : 3E Dhuin (2e, 64e), de pénalité (79e) ; 2T Dhuin (2e, 64e) ; 2P Dhuin (23e, 71e).

Carton jaune : Dartigues (33e), Hegarty (37e).

Carton rouge : Tafernaberry (40 +1e)
ARCACHON : 3E Bartoszek (17e) de pénalité (40 +1e) Daros-Ducourneau (46e) ; 1T Geneste (46e) ; 2P Geneste (11e, 25e).

Carton jaune : Gros (75e)

Carton rouge : Costanzo (40 +1 e)

ANGLET : 15. Couet Lannes, 14. Viudes, 13. Dhuin, 12. Chabat (22. Chouzenoux 47e), 11. Fischer (21. Hegarty 31e) ; 10. Pulon Olhasque (20. Fauqué 62e), 9. Etchepare ; 7. Heguiaphal (cap), 8. Tafernaberry, 6. Betachet (19. Leconte 57e) ; 5. Pinon, 4. Dartigues (18. Cazaux 47e) ; 3. Zabala (23. Lapeyrade 47e), 2. Berho (17. Lapassouse 47e), 1. Lourdelet (16. Schuster 47e)

ARCACHON : 15. Domec (22. Urios 62e), 14. Duluc, 13. Mathieu, 12. Hirigoyenberry, 11. Daros-Ducourneau ; 10. Farmer Mat, 9. Geneste (21. Bats 56e) ; 7. Costanzo, 8. Cros (cap), 6. Ayuso (20. Kanté MT, 19. Dazey 72e) ; 5. Bartoszek, 4. Pons (18. Farmer Mic 62e) ; 3. Brooks (23. Grafouillère 62e), 2. Claudey (17. Ruiz 56e), 1. Kafoa (16. Poupeau 56e).

 

Malgré Amelie et les incertitudes quant au maintien de la rencontre, le match a bien eu lieu dimanche à La Teste. Même si  la pluie avait cessée, la pelouse impeccable était quand même balayée par de belles rafales de vent.

Les Angloys rentraient bien dans la partie puisque qu’après avoir récupéré le coup d’envoi, 3 temps de jeu plus tard, une percée du capitaine Andoni Heguiaphal était conclue par Arnaud Dhuin dès la deuxième minute de jeu.

Les locaux remettaient la main sur le ballon et revenaient au score grâce à la botte de Geneste, puis passaient devant par Bartoszek après pénaltouche. (8 à 7).

Si Arnaud Dhuin redonnait l’avantage aux siens, Geneste répondait du tac au tac.

A la demi-heure de jeu, Anglet, toujours aussi indiscipliné, récoltait coup sur coup deux cartons jaunes, et les riverains du bassin campaient dans les 10 mètres angloys avec plusieurs mêlées successives. Plusieurs fois pénalisés, les bleus concédaient un essai de pénalisation. Sur cette dernière action, une altercation entre Marc Tafernaberry et Costanzo obligeait Monsieur Albuisson à sortir deux cartons rouges.

La mi-temps était sifflée sur ce score de 18 à 10 en faveur des locaux qui avaient joué avec un fort vent favorable.

Rien n’était perdu : les Angloys, même en infériorité numérique, commençaient la seconde période avec le vent et une plus grande implication.

Ils dominaient mais sur un contre de 70 mètres, les locaux inscrivaient un essai par Daros-Ducourneau après une belle course qui semait la panique dans la défense angloye.

A 25 à 10, les choses se compliquaient mais Jordan Dartigues et Brendan Hegarty retrouvaient leurs partenaires et les entraîneurs angloys procédaient à 6 changements. Coup de poker ? Sûrement, mais payant, puisque les bleus remettaient la main sur le ballon et dominaient les débats.

A l’heure de jeu, après plusieurs avancées des avants, Arnaud Dhuin, encore lui, marquait un second essai qu’il s’empressait de transformer. (25 à 17).

Revenus à quelques encablures du bonus défensif, les bleus faisaient le forcing et obtenaient la pénalité qui les remettaient dans les points (25 à 20)

Il restait 10 minutes, elles seront angloyes.

Après 5 pénaltouches et groupés pénétrants, tous arrêtés illicitement, Monsieur Albuisson filait une deuxième fois entre les poteaux pour un essai de pénalité : Anglet repassait devant. (25 à 27)

Le renvoi était mal négocié par les bleus, s’en suivait une mêlée, et les Girondins obtenaient la pénalité qui pouvait être celle de la gagne.

Hélas pour eux, le vent donnait un dernier coup de pouce aux Angloys et le ballon fuyait les perches.

L’ultime attaque noire sur le dernier renvoi était maîtrisée au centre du terrain et un dernier coup de sifflet délivrait les Angloys.

Cette belle victoire, cherchée avec les tripes dans la dernière demi-heure, remettait du baume au cœur après l’échec luzien.

Anglet entamait ce troisième bloc de la meilleure des façons.