Un tour de plus en Fédérale 1

 

Le maintien

Les Angloys, maintenus l’année dernière sur le tapis vert, (et pas le rectangle vert) ont bien assumé leur choix de retenter l’aventure à ce niveau. Ils repartiront pour un tour de plus dans cette Fédérale1 et régaleront encore leurs supporters de matchs de haut niveau.

 

 

Car du côté de Marcoussis, comme présenté le 17 mars, la refonte voulue par les clubs et la mise en place de poules de 12 n’amèneront, cette année, aucune relégation.
Sauf, bien sûr, des relégations « administratives », pour des clubs qui ont encore eu les yeux plus gros que le ventre.

 

Mais de ce côté-là, aucuns soucis du côté d’Orok Bat, notre Président,  en bon chef d’entreprise, gère les finances de main de maitre.

 

 

 

Cette année, les Angloys n’ont cependant pas attendu le nouveau règlement pour assurer leur maintien : une seconde partie de championnat terminée en boulet de canon (12 points pour les matchs aller, 19 points sur les matchs retour) avant l’ultime déplacement chez nos voisins tyrossais.

Le groupe et ses nouveaux entraineurs, s’ils ont mis un peu de temps à se mettre en route (devant évacuer les déceptions de l’année précédente) respirent  aujourd’hui la santé.

 


 

Du beau monde à Saint Jean

Alors depuis deux ans et les belles phases finales, notre club a bien sûr connu des difficultés sportives dues à l’apprentissage de ce niveau mais aussi de belles rencontres.

Il y a deux ans, nous recevions à Saint Jean, Angoulème qui a assuré cette année sa place en ProD2 (avec au passage une victoire à Biarritz), et Massy qui y remonte aujourd’hui.

Sans parler de Bobigny, qui réalise cette année un magnifique parcours et fera vraisemblablement partie de la poule élite de l’année prochaine.

Cette année, ce sont des bastions du rugby français qui sont venus en découdre le long des cressonnières. Oloron, Saint Jean de Luz, Bagnères et Tyrosse pour la seconde année consécutive. Cognac, Graulhet et Valence d’Agen l’année dernière ont une belle histoire au niveau de l’élite nationale.

Et durant tout ce temps, notre nationale B, mélange savant de « grands anciens » et « petits jeunes », a réalisé un parcours exemplaire en proposant un beau jeu et donnant du plaisir à ses supporters.

 

 

L’avenir

L’an prochain, outre les poules de douze (donc deux rencontres supplémentaires à domicile), une grande réforme verra le jour au niveau de la nationale B.

En effet sera créé un championnat espoir fédéraux -23 ans en remplacement de l’actuelle nationale B. Sur les feuilles de matchs, pourront tout de même figurer 8 joueurs de plus de 23 ans (4 avants et 4 arrières au maximum).

Cette équipe sera « détachée » de l’équipe première et bénéficiera d’un championnat plus « régional ». L’intersaison promet d’être studieuse du côté d’Orok Bat pour assimiler ce nouveau challenge.

Cela ne devrait pas poser de problème au club, au vu de la richesse et de la qualité de l’équipe Belascain et des équipes de jeunes en particulier. Cette équipe Belascain pourra toujours exister (mais non obligatoire) : la réforme du championnat la concernant sera présentée au comité Directeur de la FFR le 21 avril.

 

Alors le petit poucet Angloy a fait front contre vents et marées et a prouvé que sa place à ce niveau n’était pas usurpée.

 

 

 

Aupa Angelu