Bon ça y est… c’est décidé : ce dimanche 26 mars 2017, à 14h00, je foulerai pour la dernière fois la pelouse du Stade Saint Jean…

Rude journée !

 

Samedi 25 mars – veille de match

Moi le fan de Facebook, j’ai tenu à publier un petit papier pour remercier tout le monde de ces belles années. Et aussi pour montrer que même en
jouant première ligne, on peut aussi avoir de la plume !
D’ailleurs j’ai fait un tabac avec mon papier : 226 J’AIME !!!
Attention de ne pas me mettre trop la pression !!!

Ce soir, ce sera raclette, le match de foot à la télé (même si ce n’est pas l’OHAIMEUUUU), deux petites bières et au lit de bonne heure.
Non Anne… pas ce soir, j’ai match demain !

 

7h45 le réveil sonne

J’ouvre un œil, le droit en premier, c’est un rituel d’avant match, puis l’autre.
7h45… Dis-moi Anne, c’est l’ancienne ou la nouvelle heure, on avance ou on retarde la montre ? Merde, faut pas que je panique déjà, ça va bien se passer… faut pas que je mette le souk, les jumeaux dorment encore.

 

9h17 l’attente

Pour la 23ème fois je vérifie mon sac : mon calbut fétiche est bien rangé, mon protège dent « senteur océane » est présent (ah… si quelqu’un avait pu inventer un protège nez…)
Je tourne un peu en rond et j’imagine ce que peut vivre le taureau trépignant dans son toril avant de s’élancer vers la lumière… Bon allez… arrête Jojo, tu t’égares là. Une Despedida d’accord, mais quand même, on n’est pas à Lachepaillet.

 

11h02 repas

Traditionnel repas d’avant match dans le temple d’Orok Bat.
J’arrive tranquille ; j’ai déjà reçu plein de messages touchants et ma publication facebook d’hier fait le buzz. Je me suis mis la pression en fait avec cette connerie, j’ai intérêt à assurer.

 

12h34 arrivée au stade

J’espère qu’ils ne vont pas me faire une haie d’honneur depuis le carrefour Saint Jean…
Si c’est le cas, je craque… Bon non… Il ne se passe rien.
Je passe la maison de Cucu, j’arrive au portail de notre Eden Park : un pet de vieux quand même quand je vois les Balandrade à la bourriche : 18 ans et j’en ai entrainé certains ! J’ai l’impression de les connaitre de toujours. Ne perdant pas le nord, ils essayent de me vendre une sentorette pour financer leur voyage culturel à Salou…
Escrocs, j’en ai payé une et je l’attends encore ! Et si j’allais à Salou avec eux leur inculquer les valeurs du club ? Bon, stop Jojo, tu te disperses, rentre dans ton match.

 

12h32 Passage à la buvette

Té, mes anciens et futurs coéquipiers… LES VIEUX CRAMPONS ANGLOYS qui régalent les supporters pour cette dernière journée à domicile.
Comme d’habitude ils ont mis les petits plats dans les grands. En plus, ils ont vécu une autre Despedida ce week-end : l’Etoile a définitivement fermé… Comme quoi c’est un signe : deux légendes à canoniser !!! Putain Jojo, mets-toi dans le match, tu abuses là.
Certains yeux sont pétillants, cernés… Ils n’ont pas du bien dormir (les VCA !), sûrement en pensant toute la nuit à mon match… Mais non Jojo, arrêtes tes conneries, ce sont les restes de l’Etoile; ils s’en foutent, ils regarderont le match du coin de la buvette !!!

Et puis, la bise à Max, compagnon de tous les instants, il n’aura pas eu ma chance de « choisir » sa sortie.

Mes parents sont là, toujours fidèles, Juju, mon frère, joliment accompagné, a aussi fait le déplacement depuis Toulouse. Et ma sœur… elle aussi est là avec le bof ! Waouhhh ! put.. de merd… reste concentré Jojo !
J’y pense tout d’un coup, après Juju l’an dernier, moi cette année… y’aura plus l’an prochain de licenciés au nom de BLAISON… vivement que les jumeaux grandissent pour remédier à ça.

 

12h43 Vestiaires

Même si je joue au talon, je porterai le numéro un cet après-midi : un hommage de mes partenaires et copains.
Il est beau ce vestiaire : mélange de vieux sages Oui Oui, Alban, Patxi (avec qui j’en ai tant joué) et les petits jeunes de 10 ans de moins. Je finis de me préparer, encore un peu d’elasto…la porte
s’ouvre.

 

13h04 Grand Moment

Merde ! les vieux gribous retraités, mes potes, mes frères… sortis tout droit de la buvette !!
Alain et Jean Michel prennent la parole. Les tripes se nouent. Les jeunes joueurs prennent conscience de ce qu’est la famille Angloye. Je ne vais pas pleurer quand même.
Je suis sauvé, on se met en cercle, on se serre, on fait tous ensemble un « Flexion Annnnnnnnnglet ».
Merci les gars, mais j’ai quand même un match à jouer, à gagner dans demi heure.

 

13h05 Echauffement

C’est parti pour l’échauffement. J’ai la relève à mes côtés : Jean Do, Lionel, épaulés par Cordo et Xabi : que des poètes des taches obscures. Et encore, Johann nous a quittés un an trop tôt. On se
chauffe, s’échauffe. Et puis retour au vestiaire. Le discours d’avant match : sobre comme d’habitude, pas de grosses tactiques si ce n’est de les démonter en face et de les pousser jusqu’au terrain
secondaire dès la première mêlée.

 

13h56 Le couloir

Ouf… ça commence à piquer là. Je ne sais pas si c’est l’algipan ou quoi, mais j’ai les yeux qui brûlent !

 

14h00 Rentrée sur le terrain

Allez, je me lance, la fin du couloir, la lumière, le terrain. Boh… ils sont là oui !
Les vieux, les jeunes, les équipiers premiers, les enfants, la famille sur une haie d’honneur remplie d’émotions… Anglet je t’aime !
Par contre Seb a eu droit à une magnifique bannière jaune, moi j’ai en vain cherché le Captain Morgan dans l’assistance (faute de goût).
Petite pensée aussi pour toi Antton, tu es rentré sur le terrain avec moi, avec le foulard « Segi Antton ».

 

14h01 coup d’envoi

Enfin, je retrouve mon moment préféré.
Première mêlée, je serre fort Cordo et Lionel, avec Oui Oui et Xabi au cul. Yaouch, on emporte les Nantais !
Quelques temps plus tard, Alban veut me faire briller et me donne un ballon au raz… erreur de jugement, je tombe sur un mur ! Merci Alban, je le soupçonne même un temps d’avoir fait exprès.
On démarre bien avec un essai de notre ailier Alex. On est dans le match, les gros assurent et ça pédale derrière. Faudrait pas que Oui Oui me pète une durite !!!!
Et au fond, j’entends la musique de la buvette… Je reconnais : « Gogoaren baitan » ils m’attendent les vieux ! Je fredonne presque, mais bordel Jojo, reste dans ta partie !
Le match est compliqué, les jeunes nantais sont coriaces, mais notre arme secrète, Thibault Larrebat, le Maradona d’Orok Bat marque un essai digne des plus grands.
A la mi-temps on est devant 14 à 6.
Allez plus que 2 mi-temps, une de 40 minutes et l’autre…

 

15h08 Aie Aie Aie

On y est plus, les Nantais nous mettent un essai et dominent.
Té j’ai un flash, quel beau maillot que celui des Nantais. Les 3 couleurs de mon cher Pays Basque et la dominante rouge et blanche des voisins d’à côté. Ça me rappelle tout d’un coup mes années juniors.
Mais heureusement un petit accrochage entres avants me remets dans la partie, je m’égarais là.
On remet la marche avant. On les explose en mêlée et Xabi Louis fini le travail… Putain qu’on est fort ! Et le vieux Elizondo (eh oui un an de plus que moi le type !) qui continue à enquiller.

 

15h30 Fin de Match

Victoire 21 à 16… çà c’est fait ! On jouera encore la qualif.
Je me dirige vers mes deux petits piliers Jon et Andoni, en prend un sous chaque bras, regarde furtivement Anne et toutes ces mamans et bambins. C’est frais c’est bon, bel
avenir. Mais déjà les gugusses m’entourent et nous entonnons « Deeeeeeeeeeeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu Blancpignon des Cinq Cantons et de Saint Jean ».
Allez douche, quelques bières, les premiers cadeaux et on repart pour une ultime épreuve : la troisième mi-temps.
Mais je suis confiant, mes coéquipiers ne me lâcheront pas.

 

16h22 Y’a quand même un second match

Ça se passe pas au mieux pour la première… Les vieux crampons sont eux au taquet et j’ai enfilé mon habit de lumière : Piment ! Un clin d’œil à la confrérie de la garbure et du piment d’Anglet. Aujourd’hui, c’est moi le piment d’Anglet et cette belle publicité me vaudra peut-être une intronisation prochaine.
A la buvette, les yeux des vieux crampons sont de plus en plus embués… quelle émotion !

 

17h45 Défaite de la première

Et merde. Les bleus jamais dans le match n’ont pas su nous imiter. Pourtant on leur avait prêté Vincent Raclot.

 

18h15 Début du « carnaval »

On est rejoint à la buvette par nos copains infortunés. Se mélangent les Télé Tubbies avec notre Dieu Grec, le pirate des Caraïbes avec un Ecossais, le tout sous le regard bienveillant d’un
moine et de deux prêtres !

 

19h34 Orok Bat

Retour « à la maison ».
Tonio et son équipe, toujours à fond, vont encore nous régaler. Il fait soif pour tout le monde !
J’espère qu’ils ne vont pas me demander un discours. Pour l’instant tout va bien, je me fonds dans la masse.

 

20h22 Protocole

Merde Cordo et Oui Oui font les malins et demandent le silence. Aie c’est pour moi !
Bon allez, un discours bref mais bon « merci à tous, ne changez pas ! »
Ouaw le cadeau… un magnifique fauteuil estampillé AORC, le premier a ma connaissance, quel honneur ! Quel bonheur ! La télé, les pantoufles, les marmots, le fauteuil… je vais vite faire du gras moi !

 

23h42 Ça devient compliqué

Malgré la sono pas toujours en forme, DJ Alban met le gaz. Certains n’en ont plus trop du gaz… fallait pas commencer si tôt les gars !
Un dernier défi pour la route : le championnat du pays basque de ventre et glisse. La concurrence est rude avec les expérimentés Seb
et Patxi ainsi que le fougueux Max. Par respect pour cette journée, le titre me sera décerné.

 

Fin du Bal

Bon, ce n’est pas que je m’ennuie mais malgré tout, on a encore un match à Tyrosse et l’espoir d’une qualification pour une nouvelle aventure. Donc au dodo.
On sera les « petits» des phases finales, mais sur qu’on entendra encore : « Deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuuuu Blancpignon des Cinq Cantons et de Saint Jean ».
Et pas loin d’ici, un capitaine avait annoncé sa retraite : ses copains l’avaient amené jusqu’en finale !
Chiche !


Anne tu pourras t’occuper des petits s’il te plait demain, j’ai mes idées à remettre en place…

 

4h53 ………

Anne… Anne… Tu dors ?… tu peux me passer la bouteille de Perrier ?

 

5h06 ………

Putain ou ai-je mis les clés d’Orok Bat ? Anne tu peux chercher… je dois les rendre à Tonio demain !!!