Rencontre avec notre entraineur Fréderic Tauzin, pour un petit débriefing à l’issue de ces matches aller.
Une huitième place, douze points au compteur. Le bilan est de 3 victoires (Rouen, Lombez, Saint Médard) et 5 défaites. Pour 4 matches joués à Saint jean et 5 en déplacements.
1/ Quel bilan dressez-vous après cette phase de matches aller ?
Si on regarde uniquement le classement, à mi parcours, forcement le bilan n’est pas bon mais quand on y regarde de plus prés, on peut voir aussi qu’on a reçu 2 « gros » de la poule et qu’on a réussi a gagné une fois et à rivaliser avec l’autre. En ce qui concerne le contenu, j’ai l’impression qu’on est en progrès et qu’on commence à prendre confiance en ce que l’on veut faire. Il nous reste encore la moitié du championnat pour valider cette progression par les résultats.
2/ Quel adversaire vous a le plus impressionné ?
Au vu de la qualité de son effectif, Rouen est évidemment l’ogre de la poule.
3/ Quel a  été le match le plus abouti pour les angloys ?
Même si tout le monde pense, à juste titre, que Rouen* n’avait pas encore atteint sa vitesse de croisière, de notre côté, il a quand même fallu montrer une sacrée volonté et une grosse solidarité pour réussir cet exploit. C’est certainement le match où l’on est resté solidaire dans l’organisation collective durant toute la rencontre. Je retiens aussi notre bonne animation offensive contre Lombez, notre bonne défense contre st Médard, notre bonne 1ère période à Nantes et notre conquête face à Tyrosse.
J’ai aussi en mémoire les gros passages à vide qui nous ont empêchés de maîtriser d’avantage notre destin et qui nous ont souvent fait douter.
* (victoire des Angloys contre Rouen, 28 à 23 le 25 septembre)
4/ Sur le plan individuel, quelles sont les bonnes surprises ?
Je ne vais citer personne en particulier mais j’ai l’impression que pas mal de joueurs ont compris que pour bien figurer dans ce championnat, un investissement dominical ne suffit pas. Ils sont de plus en plus nombreux à faire preuve de régularité et de dépassement de soi à l’entrainement.
5/ Cinq déplacements, pas un point ramené de l’extérieur, quelles sont les difficultés rencontrées lors de ces matchs ?
 Effectivement, cela fait partie des points négatifs de cette première phase même si on a déjà bien réagi à Nantes. On a réellement senti les joueurs investis et il ne nous a pas manqué grand chose pour débloquer le compteur à l’extérieur.
6/ Qu’avez-vous prévu autour des 2 rencontres amicales pour conserver la dynamique du groupe ?
Avec les préparateurs physiques, on a planifié une période de développement où le ballon est très présent. On essaye d’intégrer  un maximum de rugby dans les entrainements même si l’objectif principal est de bien se préparer physiquement.
Le premier match amical contre Hendaye* va nous servir à voir ou revoir certains joueurs et à faire évoluer notre animation offensive.
Le match contre Tyrosse du 14 janvier nous servira de rappel par rapport à l’intensité de ce championnat mais aussi à réaliser les derniers réglages avant d’attaquer les matchs retour.
*(victoire des Angloys 40 à 36 le 17 décembre)
7/ Quels sont les objectifs pour cette deuxième phase ?
 Lors de la 1ère phase, on a pu voir notre capacité à rivaliser dans beaucoup de domaines mais aussi que l’on pouvait passer à travers par moment. L’objectif est donc de réaliser ce fameux match référence en utilisant mieux nos munitions qui sont nombreuses et en gérant mieux nos temps faibles sans déjouer. Les résultats viendront si chacun  se concentre sur ce qu’il a à faire pour que le collectif soit performant.
Propos recueillis par notre journaliste sportif local ;  Isabelle I.,  très occupée par C+, avait délégué son confrère…au grand dam de nos entraineurs !